Supportez notre cause !!

Chers amis du monde,

Depuis bientôt deux mois que notre expérience Smienne a commencé, nous ne nous rendons toujours pas compte de la chance que nous avons d’étudier toutes ces cultures dans un seul et même parcours. Actuellement en Chine, nous appréhendons au fur et à mesure cette culture asiatique, riche en nouveauté. Aujourd’hui, nous avons besoin de votre aide pour préparer notre arrivée dans deux mois au Vietnam. Chaque année nous nous rendons au Village de l’Amitié, peuplé de jeunes vietnamiens malades, touchés par la maladie Jaune. Nous sommes entrain de faire une levée de fonds pour ce projet humanitaire visant à participer à l’amélioration de leur infrastructure.

Nous comptons sur vous pour nous aider à atteindre notre objectif, en mettant la somme de votre choix ou en laissant un commentaire de soutien. Même 1€ est parfait !! Voici, ci-dessous, le lien de notre cagnotte caritative :

https://www.leethi.com/c/help-vietnam-friendship-village

Merci pour votre soutien !!

A la découverte d’un monde nouveau : 1ère étape Pékin

L’arrivée à Pékin fut un changement assez soudain. Nous avons dit au revoir aux bus jaunes américains et aux palmiers présents à chaque coin de rue, pour trouver la fraîcheur d’un Pékin embrumé. Mais être dans cette puissante capitale, nous a tout de suite impressionné, tant par les infrastructures que par la dynamique du trafic routier

Afin d’entamer notre semaine de conférence à l’hôtel d’Etat Qianmen, nous avons eu l’occasion de rencontrer Yann Boquillot, jeune entrepreneur français, installé en Chine depuis plus de 15 ans. Yann, homme ambitieux et porteur d’idées innovantes a commencé par nous présenter son parcours et pourquoi il a décidé au début des années 2000 de partir dans ce pays, si différent de la France. Il nous a présenté les différents aspects de la vie en Chine, et comment un Occidental peut s’installer dans ce pays, à la fois attaché à ses coutumes et traditions les plus ancestrales, et développé d’un point de vue technologique. En effet, ce qui nous a impressionné dès les premiers jours a été le moyen de paiement des chinois : tout passe par l’application Wechat, réseau social comprenant plus d’un milliard de comptes, qui tend de plus en plus à devenir une plateforme de commerce en ligne. Il nous en a expliqué les caractéristiques et c’est fascinant de voir à quel point nous sommes en France, en retard sur notre façon de consommer face à la Chine, où payer par l’intermédiaire d’un smartphone est chose commune.  Par l’enchainement de circonstances et d’opportunités, auxquels il a dit « OUI », il a réussi à remporter l’adhésion de ses collaborateurs chinois et il a gravit les échelons de la hiérarchie.

Construisant sa vie professionnelle et personnelle, l’arrivée d’évènements heureux dans sa vie, avec la naissance de ces quatre enfants, Yann s’interroge sur la continuité de sa vie à Pékin. La capitale chinoise, est la ville la plus polluée du monde, en partie à cause de l’installation d’usines de fabrication à proximité, qui depuis des décennies, produisent un trop grand nombre de particules néfastes pour la santé des citoyens. En réfléchissant à cette issue et à l’avenir de ses enfants, il décide de créer son entreprise dans le but d’empêcher ses enfants d’être impacté par la pollution. Son idée repose sur le fait que nous passons plus de temps à l’intérieur d’une pièce qu’à l’extérieur et par conséquent, il a voulu avoir la chance de contrôler le taux de particules à l’intérieur d’une maison. Son projet fut un succès : il a créé « AirVisual », une start-up soucieuse de la santé de ses utilisateurs. L’application et le monitor de contrôle mobile qu’il a conçu permettent d’évaluer le taux de pollution dans l’air et de le réduire grâce à des recommandations disponibles, en passant en mode premium, comme par exemple, ouvrir les fenêtres et aérer les pièces afin de réduire la concentration. Nous avons tous téléchargé cette application très innovante, qui nous est d’un grand soutien en Chine. Yann Boquillot nous a donné beaucoup d’informations utiles sur comment s’installer en Chine et comment réussir professionnellement en Chine.

Cette conférence fut très instructive et Yann est l’exemple parfait de l’entrepreneur auquel nous aimerions ressembler dans les années à venir. Nous en ressortons grandis et plein d’idées dans la tête pour la suite de notre séjour en Chine.

Ecrit par Camille ROLLIN

Un nouveau départ

Aujourd’hui notre séjour américain touche à sa fin. Nous mettons un point final à six semaines incroyables. Nous avons pris soin de remercier nos professeurs comme il se doit pour leur investissement de chaque instant. Un petit mot de reconnaissance ainsi qu’une photo pour immortaliser de beaux souvenirs.

CaptureMais ce n’est pas tout. Notre dernier jour d’examen fut marqué par une très belle remise de diplômes ! Ambiance joyeuse et cérémoniale, chacun arborait son plus beau sourire (surtout à la vue du repas qui nous était gracieusement offert !). Nous avons, pour le plus grand plaisir de tous, regardé les productions finales du cours de multimédia. Pour rappel, cela consistait à choisir une publicité américaine marquante, puis à la reproduire par nous-mêmes avec notre matériel personnel et nos talents reconnus d’acteurs. C’est ainsi que les meilleures publicités furent récompensées d’un bel Award et d’un très bon score à l’applaudimètre.

f

Voici quelques photos marquantes, bien évidemment chacun a eu droit à son heure de gloire :

CapturesMalgré notre impatience de découvrir la Chine, le départ ce matin aux premières lueurs du soleil conservait des traits de nostalgie. Un dernier regard vers le campus encore endormi, et nous prenons le car en direction de l’aéroport.

CapturescEmbarquement à 11h pour Seattle. Le prochain vol s’annonce bien plus long pour rallier Pékin, et déjà la plupart d’entre nous prennent de l’avance (ou rattrapent leur retard, à vous de voir) sur leur nuit.CapturescfNotre séjour américain nous laisse rêveurs. Nous garderons gravées dans notre mémoire les belles rencontres, ainsi que les magnifiques paysages qui vous ont déjà été partagés. Nous espérons vous avoir fait voyager à la lecture de ces quelques articles. La suite de notre semestre est tout aussi prometteuse et nous ne manquerons pas de vous partager nos aventures chinoises !

Au revoir San Diego !!

Ecrit par Charles Plougastel

Dernière séance de marketing et premier elevator pitch !

Avant dernière semaine avant la fin de la session San Diego du SMI 2018. Ce lundi 12 février marque la dernière séance du cours de marketing présenté par Lance HOFFMAN avec la présence d’un exercice pour ma part tout nouveau, l’elevator pitch ! Qu’est-ce qu’un Elevator pitch me demanderez-vous ?

C’est un exercice de communication orale qui consiste à se présenter et à mettre en valeur son projet face à un partenaire ou investisseur potentiel, dont le temps est compté. Le mot “elevetor” réfère à la très courte durée de l’intervention qui doit avoir lieu durant un laps de temps correspondant à un trajet dans un ascenseur on peut le comparer à la situation typique d’un employé qui croise le directeur de son entreprise dans l’ascenseur et qui lui explique son projet. Lance nous laisse la liberté du choix de notre produit, concept…et nous avons 5 minutes pour présenter notre produit et convaincre l’assemblée.

j

Les Smiens défilent donc 1 par 1 pour effectuer leur présentation et rivalisent tous d’originalité dans le but de convaincre du mieux possible tout le monde de la qualité de leur idée. Cet exercice m’a plu car il était très concret, le choix du sujet était libre, de plus cette présentation constituait à mon sens une bonne conclusion à toutes les subtilités du marketing que nous avions vues les séances précédentes.

getfileattachment.jpg

 Ecrit Aurélien VALLET

Lower antelope canyon

Deuxième jour de notre week-end étendu.

Aujourd’hui le temps est moins favorable, mais notre enthousiasme reste inchangé ! Après les magnifiques paysages du Grand Canyon lui-même, notre petit cortège de 4 voitures doit se rendre à Page (oui oui il s’agit bien d’une ville d’Arizona) pour y visiter Horseshoe Bend et Lower Antelope Canyon !

Nous partons dans la matinée de Flagstaff, notre lieu de résidence temporaire. 2h30 de trajet environ nous sépare de Page ! Les paysages sont magnifiques, nous sommes seuls sur les routes. Les plaines s’étendent à perte de vue et les rayons du soleil filtrés par les nuages nous donnent un sentiment de magie.

Lower

Sur les bords de la route, nous pouvons voir de nombreuses aires de repos aux allures typiques de l’Amérique reculée. Notre curiosité nous pousse à nous arrêter. Ce sont des marchands de souvenirs en tout genre qui nous font bon accueil. C’est le moment de mettre à profit nos talents de négociateurs ! Il faut dire que ces bracelets, colliers et autres attrapes rêves font envie tant ils sont beaux.

Lower1

Cela fait, Page nous attend ! La ville est plutôt petite et sert principalement de point relais pour visiter les nombreux sites uniques qui l’entourent. Nous déjeunons sous une tempête de sable près de Lower Antelope Canyon. Malheureusement le temps ne s’améliore pas et le peu de lumière achève de démotiver les irréductibles qui souhaitent tout de même défier le mauvais temps et descendre dans la galerie.

Lower2

Nous reprenons donc la route vers Horseshoe Bend (voir l’article dédié à ce sujet) et finissons par le début du Lac Powell sous le coucher de soleil. Une vue prenante défiant toute carte postale …

Lower3

Nous rentrons à Flagstaff, déçus d’avoir manqué Lower Antelope Canyon, mais heureux d’avoir profité tous ensemble de si beaux espaces. La route fut longue et les esprits sont fatigués. Dans la journée du lendemain, nous partions tous pour Las Vegas ! (N’oubliez pas de lire l’article que nous avons rédigé à ce sujet d’ailleurs)

Pourtant, au matin un petit groupe de 4 personnes décide de retenter sa chance au Lower Antelope Canyon. Paris gagnant ! Pas un nuage ne vient assombrir le ciel durant notre nouveau périple. Début de la visite à 11h ! Nous suivons un petit groupe de touristes venus comme nous des 4 coins de la Terre. Dès notre descente, nous sommes subjugués par la beauté des parois qui, avec les jeux de lumière, prennent des couleurs uniques.

Lower4Le canyon est sinueux et très étroit. Cela donne une impression de solitude très agréable pour les photos. Nous nous suivons, émerveillé de voir ce que nous avions jusqu’ici imaginé ou vu en photos depuis Paris ou même San Diego. La visite dure 2h. Chaque partie du canyon est plus incroyable que la précédentes parois qui, avec les jeux de lumière, prennent des couleurs uniques.

Lower5

Nous sortons de Lower Antelope la tête remplie d’étoiles et de lumière ! C’est une expérience inoubliable que nous aurions d’ailleurs voulu partager avec les autres SMIens. C’est donc l’esprit rêveur que nous reprenons la route vers la ville de tous les excès, Las Vegas !

lower6.jpg

Ecrit par Charles et Pascal

Las Vegas, lieu incontournable de notre voyage aux Etats-Unis

Apres avoir visité les grands parcs nationaux d’Arizona, nous avons décidé de terminer notre weekend dans le Nevada, à Las Vegas. C‘est dans le célèbre hôtel Excalibure que nous avons choisi de séjourner avec une grande partie de nos camarades. Dès notre arrivée dans la ville, nous en avons pris pleins les yeux. Apres avoir récupéré les clefs de la chambre, nous étions tous excités à l’idée de découvrir cette ville de légende. Mais une fois devant la porte, nous nous sommes rendus compte que ce n’était pas celle que nous avions réservée. C’est à partir de là qu’un enchainement de péripéties a commencé.

Las vegas1

La nuit commençait à tomber et nous nous préparions à passer une soirée de folie. Aux alentours de 20h, la faim se faisant ressentir, nous avons décidé de choisir ensemble un restaurant qui convenait à tout le monde. Evidemment, ce n’était pas chose facile et c’est au bout d’1h30 de recherches que nous avons pu nous attabler. La note fut salée !

Suite à cela, nous étions prêts à aller « nighter » en grande tenue. Sur le chemin, un show visuel s’est offert à nous ! Des lumières scintillaient tout au long du Strip. La fameuse fontaine du Bellagio nous a offert un spectacle sensationnel. C’est à ce même hôtel que nous avons choisi d’aller en boite. C’était une ambiance de folies ! Apres s’être déchainé sur le « dancefloor », nous avons terminé la soirée au casino d’Excalibure. Contrairement à ce que l’on pensait, nous avons réussi à empocher des gains. Cette soirée restera inoubliable pour tout le monde et comme l’expression le dit :

« Tout ce qui se passe à Las Vegas reste à Las Vegas ! »

Ecrit par Léa et William

Las vegas2Las vegas

 

Séance de Shooting aux USA

Quand on rentre pour la première fois dans un club de tir comme le Los Angeles Guns Club, une sensation bizarre nous envahit. Cette sensation est pesante et nous fait froid dans le dos à chaque fois qu’on entend une détonation retentir dans la salle de tir située à l’arrière du club. Devant nous se trouve  toutes les armes regroupées, que nous avons utilisées lors de nos parties interminables de Call Of Duty. Ainsi au mur est accroché un arsenal d’une cinquantaine de fusil d’assaut tandis que les pistolets sont exposés en vitrine. Malgré qu’ils aient un pistolet à la ceinture, les vendeurs sont ultra détendus et il semble complètement banal de venir tirer avec un M4 ou un Desert Eagles en Californie. Il faut quand même savoir qu’en Californie l’âge minimum requis pour tirer est de 13 ans. Nous payons donc 15$ pour accéder à la piste de tir, 15$ supplémentaire pour la location de l’arme  et encore 15$ autres pour les munitions. Un moniteur nous équipe de casque anti-bruit et de lunettes de protection et après un pitch de 3 minutes montre-en-main durant lesquelles on nous explique comment se servir de notre arme, nous rentrons dans l’arène.

Shooting

Quand on rentre dans la salle de tir les détonations sont encore plus puissantes, de là à nous faire sursauter, il fait froid, notre rythme cardiaque s’accélère et on a presque envie de rendre notre mitraillette et de rentrer chez soi.

Chacun d’entre nous installe sa cible, charge son arme très prudemment, prend une grande inspiration et appuie sur la gâchette. Le premier coup part et on reste tous sous le choc, impressionnés par la puissance de l’arme. On prend directement conscience des dégâts que peuvent engendrer les armes à feu. Cependant c’est après cette première balle que le stress et la pression retombent. Ensuite nous enchaînons les tirs de façon plus détendue et les douilles tombent par dizaines au le sol.

Pour finir, nous reposons les armes à l’accueil, comme si de rien n’était. Cette expérience a été riche en émotions et  nous en repartons grandis et heureux d’avoir pu expérimenter l’une des traditions les plus connues et appréciées de ce vaste pays qui néanmoins reste l’une des activités les plus dangereuses qui soit.

Shooting3Shooting2Shooting1

 

Ecrit par Hugo Kettenhaufen, Guillaume Aussenac, Paul Calvet

 

 

 

 

%d bloggers like this: