Field Trips

Visite d’une exploitation agricole

Lors de la visite d’une exploitation agricole à la périphérie de Shanghai, le SMI a visité vendredi après midi, une plantation de fraises.

A une heure de bus de Fudan, nous avons été accueillis chez des agriculteurs chinois où nous avons pu choisir et cueillir nos propres fraises à même les fraisiers.

Les exploitations agricoles sont semblables aux exploitations françaises mais les moyens sont des plus modestes. Le matériel utilisé est ancien et les serres faites de bric et de broc.
Nous avons pu apprécier la campagne lors de cette après midi avant de profiter de notre week end prolongé lors de la “Fête des morts du printemps”en Chine.

By Arthur Bénet

La grande ascension de La Grande Muraille de Chine

Bonjour, chères lectrices et chers lecteurs,

je me permets de partager avec vous la suite de nos aventures, cette fois sur le Continent Asiatique. Et avec pour grande vedette l’une des plus incroyables Merveilles du Monde, à savoir La Grande Muraille de Chine.
Après que notre tour du monde ait démarré sur les chapeaux de roues à San Diego (en Californie), nous avons donc poursuivi notre voyage jusqu’à Pékin où nous avons eu l’immense privilège de visiter les lieux.
Après quelques jours dans la capitale chinoise où nous nous sommes vites sentis quelque peu submergés par toute l’agitation ambiante, cette petite escapade à la grande muraille organisée par le SMI a pu nous éloigner un peu de la pollution urbaine. Nous avons passé une journée certes « sportive », voire intensive, mais surtout inoubliable.
Je me permets aussi de vous raconter en quelques mots l’expérience que nous en avons retirée, ainsi que de partager avec vous quelques informations pratiques si vous envisagez de visiter la Muraille de Chine.
Tout d’abord, une petite parenthèse historique car La Grande Muraille a été réalisée en plusieurs étapes entre le 3ème siècle avant Jésus Christ et le 17ème siècle dans le but de protéger autrefois la frontière Nord de la Chine. Puis au fil des siècles, on a ajouté plusieurs tours de surveillances présentes tout au long de la muraille que nous avions pu visiter, ainsi que des bastions dans lesquels se trouvaient les gardes et par des feux qu’ils allument selon les nouvelles à transmettre.
De plus, sa longueur actuelle est estimée à 8 851,8 kilomètres, avec une hauteur variant de 6 à 17 mètres ce qui laisse place à une très longue promenade pour les plus courageux(euses). Puisque cette ascension nous avait pris en effet au moins deux bonnes heures pour nous élever au sommet de la muraille. Et certes, bien moins de temps pour redescendre de la Muraille, environ ¾ d’heure

.
De surcroît, du fait de sa hauteur, plus nous nous dirigions vers le sommet, plus la perspective d’une immense vue panoramique s’offrait à nous. Ce qui nous a offert à la fin un spectacle absolument unique, comme si nous nous étions retrouvés coupés du monde un bref moment, appréciant l’instant présent, et le plaisir non dissimulé d’avoir gravit les hautes marches jusqu’au bout.

Toutefois, et avant de conclure, je recommanderai toutefois de grimper prudemment les marches, avec de bonnes et solides paires de chaussures appropriées pour la marche, voire l’escalade si nécessaire, ainsi que de se couvrir suffisamment chaudement car le climat reste assez frais ; et surtout, prévoir suffisamment de bouteilles d’eau en raison des efforts physiques à fournir.
Finalement, c’est avec les regards émerveillés, les étoiles pleins les yeux, quelques crampes, et surtout avec d’excellents souvenirs partagés tous ensemble que nous avons quitté cette incroyable merveille du monde qui je dois bien l’avouer, porte vraiment bien son nom.
Merci encore de me suivre, et l’aventure continue sur le Blog du SMI.
A suivre au prochain épisode.

By François-Xavier URBINO

Carrefour 家乐福(Jiā Lè Fú): Visite de Beijing SIYUANQIAO Store

Pionnier dans la conquête du marché chinois, le  N°2  de la planète “grande distribution”  a su  tirer profit du  développement économique chinois et s’imposer comme un leader sur ce marché. Bon nombre d’enseignes ont tenté l’aventure dans la terre du milieu mais le résultat  reste mitigé. Lors de notre visite au Carrefour de SIYUANQIAO (Pékin)   nous avons pu  échanger avec M. Jose OTERO, Director Manager, sur les facteurs clés du succès de l’enseigne française.

Respectant les principes de consonance harmonieuse et de signification positive propre au mandarin,   l’enseigne française adopte le nom de : « Jia Le Fu »  signifiant  Famille -Joie-Bonheur.

L’enseigne choisit le district de Chaoyang, une zone commerciale dynamique accueillant d’autres géants  comme IKEA. Situé à  la périphérie nord-est de Pékin,  le centre commercial  ouvre ses portes en 2015 après 9 ans de travaux.  Sur une superficie de 11 200 m²,  on  retrouve pas moins de 80 marques  parmi lesquels Decathlon, C&A, Uniqlo , Starbucks  et plus de 20 restaurants ayant une capacité de 1000 places.

La stratégie chinoise de Jia li Fu  se résume par : «  prix bas, bonne qualité, bon service ».

Sur 22000 références alimentaires : 95 % produits chinois  pour 5 % produits  importés (6000 produit importés). Sur les prix affichés,  le magasin prend généralement une marge de 20 % et jusqu’à 30 % pour le vin d’importation.

Les fruits de mers et le  poisson sont présentés  vivants en aquarium, auprès du consommateur chinois cela est synonyme de qualité.

L’enseigne accueille environ 4500 clients par jour en semaine et jusqu’à 6500 le week-end. Le panier moyen chinois est de 120 Yuan soit 16,40 euros.

A partir du 15 mars 2016,  Jia prend le virage de l’E-Commerce : Livraison à domicile  le jour J ou à J+1, gratuite pour un montant minimum de   188 yuan.

Le magasin enregistre 70 000 cartes de fidélité qui leur permettent d’avoir des réductions. Le magasin enregistre des ventes record lors d’événements spéciaux qu’il organise comme Le 11 Novembre (11-11) : jour de solde nationale.

De par son respect de la culture chinoise tant au niveau de ses employés que de sa clientèle  Carrefour a réussi à s’implanter durablement en Chine et poursuit son extension.

By Hugo Bovis, Alban Lagrange & Paul-Hérick Kangah

Trader Joe: Le paradis des gourmets 

Ce supermarché dédié à la vente de produits exotiques est un régal pour tous les amateurs de cuisine et d’aventures gustatives. C’est l’endroit rêvé pour dénicher des vins Français, des fruits exotiques, des sauces originales du monde entier et bien plus encore. Le mobilier en bois donne une note familière à ce lieu et rappelle étrangement les petits commerces de proximité. Il suffit de vous promener dans les allées pour être tenté et émerveillé par le choix qui s’offre à vous. Tout ceci sans casser son porte-monnaie. Etonnant non ? Pourtant, c’est la stratégie principale adoptée par cette enseigne: des aliments savoureux à des prix abordables.

Trader Joe, c’est également des produits estampillés sous ce même nom et répondant à des labels fondés sur la qualité avant tout. Mark Aldrich, manager dans le magasin de La Jolla, transmet à merveille des valeurs reposant sur l’écoute et l’attention particulière accordées à chaque client mais aussi à ses employés. Il marque un point d’honneur à connaître parfaitement les attentes de chacun tout en étant toujours à l’écoute. Cette authenticité dans les rapports humains est en parfaite adéquation avec la culture et l’éthique de l’établissement. Par ailleurs, l’enseigne fait don de ses invendus à des associations et œuvre caritative, ce qui ajoute une raison supplémentaire pour devenir un fervent adepte de Trader Joe.

En attendant votre future visite dans l’un des 150 magasins des Etats-Unis, vous pouvez toujours vous rendre sur http://www.traderjoes.com/

By Blandine Barbier

Visite à Target

Le mercredi 27 janvier dernier, c’est avec curiosité que nous nous sommes rendus à une visite professionnelle à Target.

Escorté par deux charmantes managers, le groupe SMI s’est intéressé au fonctionnement opérationnel du magasin ainsi qu’aux process établis.

Target cible principalement les femmes et la classe élevée ainsi que les visiteurs de passage. L’enseigne arrive encore à attirer les hommes grâce à son rayon hygiène !

L’enseigne réalise un chiffre d’affaire de 82 millions $ par an réalisé par 16 700 clients quotidiens. 285 employés assurent le bon fonctionnement de l’entreprise.

Target a su développer une culture d’entreprise propre à sa marque et a su la transmettre à ses employés. C’est un environnement où tout doit se passer rapidement (logistique, mise en rayon, encaissage, nettoyage…). Ainsi les employés sont recrutés en fonction de leur énergie, positivité, leur esprit d’équipe, résilience et adaptabilité. Toutes les caractéristiques pour survivre à la grande distribution !

Effectivement la concurrence est très forte dans ce secteur aux Etats-Unis. On vous laissera découvrir dans l’article suivant notre visite à COSTCO !

By Alexandre Courthieu, Souhail Kassioui et Jean-Baptiste Auniord

Carrefour Shanghai

carrefour_asie

Nous avons eu le plaisir d’être accueilli par Mr Didier Pean, qui nous a expliqué comment Carrefour a introduit en Chine le concept de grande distribution.

Avant l’arrivée de Carrefour en Chine, il n’y avait pas de grandes surfaces alimentaires ou très peu. Le niveau de vie des populations locales était très bas ce qui fait que les gens s’approvisionnaient uniquement dans des petits commerces de proximité.

Avec la très forte augmentation du niveau de vie ces dernières années, Carrefour est aujourd’hui la réussite française en Chine avec plus de 200 magasins.
Ce magasin en particulier accueille environs 8000 clients par jour avec un panier moyen de 300 yuans ! Aujourd’hui la majeure partie des magasins carrefour sont situés sur la côte est, plus développée, mais depuis quelques temps Carrefour étend de plus en plus son réseau vers l’ouest du pays.

De façon générale, Carrefour a en quelque sorte servi de modèle à toutes les autres chaînes de distribution chinoises dont ils sont concurrents aujourd’hui. Par exemple, d’après Mr Pean ils ont tous simplement « appris aux fournisseurs à être des fournisseurs ».

Du fait de leur réussite, ils ont du faire face à beaucoup de cas de démissions car beaucoup de leurs employés se voyaient offrir des propositions d’emploi très alléchantes par ces concurrents qui ne cherchaient qu’à bénéficier de leur expertise acquise chez Carrefour.

Un des facteurs clés de succès de Carrefour a été l’autonomie qu’avaient les dirigeants chargés son l’implantation en Chine. En effet, cela leur a permis de s’adapter totalement à la culture locale et ainsi ils ont pu mettre en place « un business model à la chinoise » tout en gardant les valeurs de l’entreprise. À la différence de Wal-Mart qui a eu beaucoup plus de mal à s’installer car étant beaucoup plus centralisé.

Aujourd’hui ils doivent également faire face à une très grande pression de la part du gouvernement notamment lié à l’hygiène et la gestion des ressources humaines car en tant qu’entreprise étrangère mais aussi en tant que modèle, ils n’ont pas le droit à l’erreur.

La qualité de leurs services et la diversité de leurs produits qu’ils offrent fait qu’aujourd’hui Carrefour a un très fort avantage concurrentiel qui leur permet d’occuper une place de choix dans le domaine de grande distribution en Chine.

Nous étions très heureux de retrouver la mythique baguette et beaucoup d’autres produits typiquement français très difficile à trouver ailleurs ! Encore merci à Mr Pean.

By Fadieye Diop

Visite de Pernod Ricard – Shanghai

Ce lundi 13 avril Olivier Marescq, chef de projet, nous a accueillis dans les bureaux shanghaiens de Pernod Ricard. Leader sur le marché des spiritueux, le groupe dispose d’un large éventail de spiritueux de prestige comme Balantines, Absolut Vodka, Chivas Regal, Royal Salute, Malibu, Jameson, Havana Club… Grâce à ce positionnement haut de gamme Pernod Ricard peut se vanter de détenir 38% des ventes nettes en Asie.

Notre conférencier nous rappelle encore la complexité du marché chinois, composé de nombreuses régions qui représentent tout autant de différences culturelles. La récente réforme contre la corruption de Xi Xinping impacte les ventes sur le secteur des spiritueux sans pour autant y mettre fin. Ces facteurs poussent le groupe à s’adapter au mieux aux attentes des consommateurs chinois. Le Chivas Regal se voit alors mélangé à du thé vert, et Malibu lance une nouvelle offre de boissons Ready- to- drink. La composition des alcools, les designs et les techniques de ventes sont revues pour le marché chinois. Ce à quoi les consommateurs sont sensibles vu que Pernod Ricard est N°1 sur l’ensemble du pays.

Cette conférence a été riche en informations et nous a permis de mieux cerner l’industrie des spiritueux en Chine. Certains d’entre nous, étudiant le groupe Pernod Ricard pour leurs études comparatives, ont pu compléter leurs recherches et trouver les réponses à leurs questions.

By Krystel Frontezak

RICARD

Infographie : Krystel FRONTEZAK (février 2015)

 

Pékin : Université de Beida, Palais d’eté, Temple of Heaven

unnamed-12

Vendredi 6 Mars, nous avons eu la chance de pouvoir visiter l’Université de Beida qui est l’une des universités les plus réputées de Chine. Il est très difficile d’y rentrer et seul quelques chinois et expatriés talentueux y arrivent.

En arrivant, nous avons été accueillis par un groupe d’étudiants très sympathiques. Ils nous ont présenté Beida et nous leur avons présenté le SMI. Dès lors, un échange franco-chinois a commencé afin de découvrir la culture des deux pays.

Par la suite, ils nous ont fait visiter le campus universitaire. Il est étendu sur plusieurs hectares et rassemble de nombreux bâtiments dont l’architecture ressemble à d’anciens temples chinois mais il y a aussi d’autres bâtiments plus modernes.

Nous avons aperçu des milliers de chinois qui vagabondaient sur le campus et ce fut très impressionnant.

Pour clôturer cette matinée à l’université, nous avons partagé un grand repas avec nos amis chinois et ils nous ont appris les règles de bases pour manger comme eux (baguettes, bols etc.). Nous avons bien rigolé !

En début d’après-midi, nous avons repris le bus pour aller au Palais d’Eté. Un paysage naturel et harmonieux allie collines et plans d’eau autour de bâtiments chinois qui offrent des points de vue exceptionnels.

Ce palais, créé en 1750, a eu des fonctions politiques, administratives et spirituelles avant d’être détruits à de multiples reprises lors des guerres de l’Opium.

Aujourd’hui le Palais d’Eté, ces jardins et son lac artificiel attirent de nombreux visiteurs, curieux de découvrir cet environnement atypique, au coeur de Pékin.

En fin de journée, nous avons visité le « Temple of Heaven », un chef d’œuvre architectural au coeur de Pékin. Au centre d’un immense jardin, nous avons découvert des bâtiments dédiés aux cultes et à l’histoire des empereurs de Chine.

Les temples symbolisent la relation entre le ciel et la terre mais aussi entre le monde humain et le monde divin.

La dernière journée à Pékin fut riche en découvertes culturelles.

DSC_0125

Visite du Palais de Justice de San Diego

Photo 10-02-2015 13 22 31

Ce mardi, nous avons eu l’opportunité de visiter le Palais de Justice. Notre professeur de « American Law », Rob Unger, nous en avait fait au préalable une brève introduction.

La « County Courthouse » est divisée en deux départements, une partie du bâtiment est dédiée aux affaires pénales et l’autre partie aux affaires civiles. Rob Unger nous avait spécifié cela en nous parlant de la partie « Criminal » et de la partie « Money ». Autre détail, attenante à la « Courthouse », il y a la prison.

Une de ses recommandations était : « si vous croisez des individus en vêtements gris et menottés, ne prenez pas de photos avec, ce sont sûrement de dangereux criminels ».
Une fois sur place, un passage aux détecteurs de métaux est obligatoire et même consigne que dans les aéroports : aucun ciseaux, ni coupe-ongles ne sont autorisés.

Notre guide Deanna Blanchard, nous emmena dans une « Dark Room », une salle de tribunal qui permet au public de découvrir une réelle salle d’audience mais dans laquelle très peu de procès ne s’y déroule. Puis, nous avons eu la chance de participer à une simulation d’un procès, où tous les rôles étaient définis : le juge, le greffier, les avocats des deux parties, la partie civile, le « bailiff » (policier), les jurés et un témoin l’officier Crown et pour finir les deux accusés Ben Baker et Andy Adams.

C’est l’histoire de jeunes adolescents, Ben, élève populaire, sportif et Andy le « nerd » premier de la classe. Ils sont accusés de faire ensemble un trafic de marijuana au sein du lycée. Le témoin, l’Officier Crown a vu les deux garçons s’échanger un sac de marijuana ainsi qu’un sac contenant 1000 dollars. Mais de nombreux doutes viennent interférer le discours du témoin comme la distance entre les accusés et l’officier, qui ne permet pas réellement d’attester les dires du témoin encore moins le bus qui passe devant les suspects au moment fatidique. L’officier Crown maintient que les deux élèves se connaissaient, étaient même amis. Et ils avaient l’air de « dealer » ensemble. Mais celui-ci avoue ensuite ne pas être certain de son témoignage. Lors du procès, les deux accusés attestent qu’ils ne sont pas du tout ami, qu’ils ne se connaissent pas et que jamais on ne les verra ensemble. Chaque témoignage contre-balance le précédent.

Nous les jurés, nous ne savions plus qui croire. Après délibération, nous devons rendre notre verdict : ils sont tous les deux accusés et condamnés à des travaux d’intérêt général.

Après cela, nous avons quartier libre dans le bâtiment étant donné que toutes les sessions sont publiques. Il faut faire très attention de ne pas déranger l’affaire en cours en entrant dans la salle car on pourrait déconcentrer des témoins ou autres personnes..

Chaque étudiant a assisté à des sessions différentes mais il est vrai qu’une bonne partie d’entre nous sommes allés voir en priorité les affaires de meurtre. Il y avait notamment une affaire qui datait de 2002, où une femme parlait de la façon dont elle avait entendu des coups de feu et vu un homme traîner un cadavre sur plusieurs mètres. Elle mentionna la façon dont elle avait reconnu son voisin parmi les trois victimes…

Nous avons aussi assisté à la session de « Felony Araignment » (crime et mise en accusation) dont l’audience était donnée par le juge Szumowski, plus sous connu sous le nom de « The Blind Judge », le juge aveugle, et dont notre professeur nous avait fait l’éloge. Il est vrai que ce juge avait une aura assez particulière et semblait « scanner », de ses yeux bleus et vides, les détenus en un quart de seconde. A travers une vitre, les détenus nous fixaient longuement avec des airs patibulaires…

Pour conclure, cette visite fût très intéressante quoiqu’un peu effrayante par moment…

By Mathilde Henquinbrant 

Visite de Target

Target+Logo

Pour commencer ce deuxième mois à bord du SMI, l’équipe pédagogique nous a organisé une visite chez le n°2 de la grande distribution aux Etats-Unis, Target.

Cette entreprise fondée en 1902 possède plus de 2 000 magasins aux Etats-Unis et 350 000 employés. L’entreprise génère chaque jour plus de 200 000 $. A l’image des grandes enseignes françaises, Target propose sa propre MDD (Marque de distributeur) et gère sa propre production.

Des responsables de rayons, du « merchandizing », des stocks, nous ont accueillis. Ces professionnels tous très motivés, souriants et impliqués dans leur travail, nous ont accompagnés à travers le magasin et les stocks à la découverte de leur quotidien.

Tout comme Whole Foods, le travail d’équipe est primordial : le terme « employés » est remplacé par « team ». La place du client est également très importante pour l’enseigne qui les accueille comme des « invités ». En effet, en plus de proposer tous les produits de consommation courante, Target a développédes magasins de quartier pour des achats de proximité appelés City Target et Target Express et un Target café pour les petites faims.

L’expérience et le service client sont clairement les forces de l’enseigne. Suivant le changement des modes de consommation, ce distributeur développe des applications permettant au client d’acheter en ligne et de venir chercher ses produits directement en magasin. Le « Drive » n’est pas encore une pratique courante aux Etats-Unis mais l’idée s’en rapproche. Une option est aussi disponible pour se faire livrer, tous les 15 jours, des produits de première utilité(hors produits frais) comme le papier toilette ou les sacs poubelle.

Il est intéressant de noter l’agencement du magasin qui s’organise autour de deux zones : les produits de la vie courante et la zone saisonnière générant ensemble près 70% des ventes.

Les premiers rayons qui rassemblent les produits quotidiens représentent à eux seuls près de 55 % du chiffre d’affaires de Target. Ces derniers sont placés au fond du magasin après 150 mètres de produits « à petits prix ». Est-ce volontaire ? Certainement ! Cela permet de contrôler le circuit qu’emprunte le client et de lui faire faire le tour du magasin afin de gonfler son panier.

La visite était donc riche en informations et très bien organisée par toute l’équipe de Target.

By Cindy Songkhasri