Antoine HAUGEL – Huhtamaki

Aujourd’hui, Jeudi 26 Avril 2018, nous avons eu la chance d’assister à une conférence d’un ancien SMIen de 35 ans, Antoine Haugel. Il a eu un parcours très intéressant et typique des opportunités qu’offre le SMI. Antoine est passé par différentes Chine pour aboutir à Hong Kong ou il travaille aujourd’hui.

Avant de partir au SMI, il pu obtenir une mission export grâce à une de ses camarades « Karine », qui avait besoin d’aide pour réaliser la sienne. Ils avaient donc réussi à décrocher un contrat avec l’entreprise « Estève », une entreprise agroalimentaire pour laquelle ils devaient ouvrir un bureau de développement commercial. C’est à partir de là que sa carrière a commencé.

Lui restant un semestre à faire en France après le SMI, il dût rentrer pour finir ses études et pour ensuite repartir en Chine travailler pour « Estève » et prospecter de grands groupes agroalimentaires déjà présents en Asie. Mais Antoine s’est rendu compte qu’il voulait changer de branche et faire ce qui lui plaisait vraiment : le conseil.

L’entreprise « Senzer Consulting », l’embaucha pour sa première expérience en tant que, consultant. Un métier sur lequel il ne possédait aucune connaissance. Pour sa première mission il devait faire l’acquisition d’une SOE chinoise fabriquant des turbines pour l’entreprise « Alstom ». Son axe était celui du conseil, sur des projets de transformation par rapport aux ressources humaines, donc l’accompagnement du changement pour les employés d’une entreprise.

Après « Senzer Consulting » il changea pour rentrer dans une entreprise des « Big Four », « PricewaterhouseCoopers » une des plus grosses entreprises d’audit au monde. Il était chef d’une vingtaine d’employés sur Hong Kong. Leur chiffre d’affaires annuel avoisinait les 2,5 millions d’euros.

Par la suite, voulant une fois de plus changer d’atmosphère de travail, il fût embauché par l’entreprise « Huhtamaki ». L’une des plus grandes entreprises de fabrication de packaging alimentaire au monde. Il travaille aujourd’hui avec des grands noms de la restauration rapide comme Mac Donald, KFC, ou encore Starbucks et Unilever. Son poste au sein de l’entreprise est « organisation and business improvment director ».

Durant son parcours, Antoine Haugel a opté pour différencier ces expériences, car il avait envie de découvrir plusieurs univers de travail. Toute sa carrière s’est passée et se passe actuellement à l’étranger. Il vit aujourd’hui avec sa femme et ses quatre enfants à Hong Kong et retournera un jour en France avec eux quand le moment sera venu.

 

This slideshow requires JavaScript.

Ecrit par Adrien Benoit

Fabrice Bensoussan, un serial entrepreneur !

Fabrice Bensoussan est un ancien étudiant du SMI 2005. Suite à sa mission export réalisée sur le marché du jouet durant son semestre de management interculturel, une vision lui est parvenue. Pour cela, il a décidé de se lancer à l’aventure dans le monde de l’entreprenariat à 24 ans, en créant sa première entreprise se nommant Cinereplicas. cette entreprise consiste à négocier des licences avec les plus grands films tels que Harry Potter, qui fut la clé du succès de Cinereplicas. Fabrice Bensoussan, est un membre de la famille SMI, et c’est pour cela qu’il est venu nous offrir de nombreux conseils afin de réussir une carrière dans l’entreprenariat. De plus, d’ici 2 ans, il sera un « President permanent » de la ville de Hong Kong, car cela fera 5 ans qu’il sera installé dans la commune.

Il nous a également dit, que pour entreprendre à Hong Kong, il faut venir préparer, il faut parler anglais, on doit maitriser l’administratif, savoir mettre en avant nos atouts, avoir une bonne notion de l’argent, et la clé va être de ne pas avoir peur de prendre des risques et d’être ambitieux. Tous les conseils et astuces que Fabrice Bensoussan nous a transmis sont de nouvelles clés de réussite que l’on ajoute à notre trousseau du SMI !

Ecrit par William Shcoulch

Conférence avec Christian MASSET

Nous sommes le lundi 23 avril 2018 et recevons ce matin monsieur Christian MASSET consultant politique et développement durable.

Cette première conférence de la session Hong-Kong a eu pour objectif de nous faire une présentation la plus précise et approfondie possible de la ville. Ce fut très intéressant, nous avons par exemple appris que 1 personne sur 10 résidant à Hong-Kong était millionnaire, que le marché immobilier interne était parmi les plus chers du monde (beaucoup plus que le marché parisien) ou encore que le statut de ZAS (zone d’administration spéciale) de Hong-Kong prendrait fin en 2047.

A la fin, la conférence a fini par dévier sur des sujets géopolitiques beaucoup plus larges que la seule ville de Hong-Kong. Monsieur MASSET nous a notamment apporté son avis très tranché à propos de la situation économique et sociale Française.

Nous ressortons de cette conférence avec une meilleure appréhension de Hong-Kong ainsi que l’avis éclairé d’un spécialiste à propos de la situation de notre propre pays.

Ecrit par Aurélien VALLET

Chengdu, la cuisine au centre de la culture

La cuisine de la province du Sichuan dont Chengdu est la capitale est sans doute la cuisine la plus populaire en Chine. Vous pourrez trouver des restaurants spécialisés dans la cuisine sichuannaise presque dans tout le pays. Cette dernière est même classée au patrimoine mondial de l’UNESCO au même titre que la cuisine française.

Mais attention à vous ! La cuisine Sichuanaise est certes très raffinée mais la grande majorité des plats sont assaisonnées avec quelques épices (voirz même beaucoup d’épices). Quand on commande à manger, les deux mots d’ordre pour une personne sensible sont «Meiyou » et « Boula » qui se traduit par «pas de piment».

L’un des plats très connu en Chine est la fondue sichuanaise. Ce plat consiste à faire cuire des brochettes de viande, de tofu, de fruits de mer ou bien de champignons de la région dans une marmite ébouillantée et pimentée à souhait. Ici, les chics restaurants à la française ne sont pas forcément très attractifs. Qu’on vienne de n’importe quel milieu social, manger dans la rue assit sur de petits tabourets est tout à fait commun.

En soirée, les rues de Chengdu se remplissent de vie et il s’opère un mélange entre odeurs de brochettes rôties au barbecue et joie de vivre. C’est un moment très convivial et chaleureux auquel je vous recommande de participer si vous êtes de passage à Chengdu. Avec sa croissance à deux chiffres, Chengdu est une des villes les plus dynamiques de Chine et même du globe. Malgré la modernisation constante de la ville, les habitants semblent complètement décomplexés vis-à-vis de l’Occident. En effet, le côté traditionnel reste omniprésent notamment à travers le rayonnant savoir faire culinaire.

Ecrit par Hugo Kettenhofen

Le voyage Chengdu- Hong Kong

C’est un samedi matin que nous quittons avec un grand regret mais beaucoup de bons souvenirs Chengdu, une ville qui harmonise les traditions et la modernité, pour retrouver une autre Chine : Hong Kong.

Après plus d’une heure de trajet en bus, nous sommes arrivés au terminal pour prendre notre vol. Ensuite, nous avons pu nous reposer sur les aires d’attentes devant les Gates pour le départ. Au cours du vol, j’ai ressenti beaucoup d’agitations et de multiples secousses.

Nous arrivons enfin à Hong Kong dans la magnifique ville Kowloon qui est située au Sud de la Chine. Lors du transfert de l’aéroport à l’hôtel, une grande majorité de SMIens ont été émerveillés par la vue des ports de Hong Kong et de ses nombreux conteneurs. Juste après ces paysages époustouflants, nous étions arrivés au splendide Hôtel Eaton d’Hong Kong dans lequel nous étions accueillis très convivialement.

Ecrit par Mylène Heuangthep

Cérémonie de clôture de Chengdu

 

Nous sommes le jeudi 19 avril 2018 et la session Chengdu du SMI touche à sa fin. Après une journée de partiels harassante composée de diverses rédactions, la cérémonie de clôture est l’occasion de faire un bilan général de la session Chengdu. Selon mon propre ressenti et les murmures des étudiants que je perçois autour de moi, l’impression générale à propos de cette étape du SMI semble plus que positive.
Pour l’occasion, la disposition de notre salle de cours a été revue dans un style plus officiel avec une allée d’honneur au centre de la pièce. Malgré l’apparent sérieux de la salle l’ambiance générale est bon enfant. Après un court discours de M.Guarino, la distribution des certificats a pu commencer, chaque élève recevant une salve d’applaudissements.
Nous sommes tous un peu tristes de quitter cette ville qui nous a si bien accueillie mais aussi excités et curieux à propos de la suite de notre aventure.
Prochaine étape Hong-Kong !

Ecrit par Aurélien Vallet

Le Musée de Chengdu

La ville de Chengdu n’est pas seulement une métropole de 15 millions d’habitants tournée vers le business et l’innovation. Cette ville est aussi fière de son passé et entretient son patrimoine. Les autorités locales ont investi beaucoup d’argent afin de créer divers musées liés à l’histoire, la science, la culture ou encore aux jumelages avec d’autres villes du monde (comme la ville de Montpellier).

Nous avons eu l’opportunité et la chance de pouvoir visiter le musée d’histoire de Chengdu. Nous nous sommes retrouvés sur le parvis de ce grand bâtiment moderne. C’est à ce moment-là que notre directeur, Mr Guarino, nous a informés que c’était la première fois que l’institution accueillait un groupe d’étudiants français. Nous étions donc les représentants de notre école et de notre pays en ce lieu.

La sécurité à l’entrée du musée était stricte. Tout liquide, nourriture et briquet venu de l’extérieur était formellement interdit. Le contrôle fut similaire au contrôle de sécurité des aéroports.

La visite du musée était guidée. Une guide nous a accompagné tout le long et nous a très clairement décrit et expliqué chaque œuvre et artéfact important. Tout au long des six étages, l’histoire de Chengdu nous apparait de façon chronologique. Le premier étage nous montre les anciens peuples qui vivaient là. Le second étage est dédié à l’ancienne ville. Puis, les 3 derniers étages nous ont permis de connaitre l’évolution de la vie quotidienne locale au cours des siècles. On présente leur culture notamment par la nourriture, et l’art du spectacle comme les marionnettes ou les ombres chinoises.

Cette visite fut enrichissante. Elle nous a permis de mieux comprendre la culture et l’histoire du Sichuan ainsi que celle de la ville de Chengdu. Cela nous a donné l’occasion de connaître l’origine de la ville et son avenir.

                                                         Ecrit par  Rayane Trabelsi

Chinese Culure avec Louise CHEN

Quatre semaines durant, et ce chaque Mardi matin, nous attendions avec impatience, tous ensemble sur les bancs de notre salle de cours, pour assister au cours de Louise CHEN.

Petite de taille et menue, le sourire toujours aux lèvres, cette jeune femme dynamique, pur produit du Sud de la Chine a su nous donner le goût et l’envie d’en apprendre – ou réapprendre pour d’autres – la culture chinoise. Native de Shanghai, de nationalité française à la voix fluette, ce cours est définitivement l’opportunité pour tous de redécouvrir ce territoire asiatique, ainsi que ses multiples diversités culturelles sous un angle nouveau.

Ainsi soit-il, nous avons au long de notre étude abordé les thématiques principales qui rythment la vie des Chinois. Que cela soit les différences qui s’opèrent entre le Nord et le Sud, la question du mariage en Chine, l’importance de la place de l’enfant dans la société ou encore les croyances et religion qui régissent leur vie quotidienne, Louise CHEN de par l’intérêt fort porté aux sujets, nous emporte et transporte aux travers de ses mots. Le plus souvent, pour les plus assidus, l’air ébahi sur nos visages était bel et bien témoin de notre curiosité par ce qu’elle pouvait nous apprendre.

Une grande place bien entendu est laissée à a réflexion, la participation et l’interaction avec l’auditoire, Louise CHEN, montrant un bel entrain à répondre à nos interrogations.Vous pensez connaître la Chine ou alors vous avez loin de là entendu quelques idées reçues à son sujet, croyez-moi qu’à la fin de ce cours, vous n’en ressortirez que plus riches. La tête bien remplie de connaissances nouvelles, la Chine n’aura plus de secret pour vous – ou presque

d

 

Ecrit par Yéda ROMAIN

 

Sunny Day, Funny Day at Yuyuan Garden :

Jardin mythique à Shanghai, arborant une superficie de près de deux hectares, Yuyuan Garden est une destination phare à ne pas manquer lors de votre périple à Shanghai. Construit sous la dynastie des Ming, ce lieu admirable ayant la particularité d’être bâtit suivant l’architecture chinoise, brasse et englobe une multitude de personnes, locaux comme touristes, non seulement en semaine mais davantage en période de week-end.

b

Situé juste à côté de Henan Road, vaste rue commerçante de petits magasins qui s’étend des deux côtés de la rue principale, c’est l’occasion rêvée de pouvoir être complètement plongé dans une ambiance typiquement chinoise et d’y marchander tout objet souvenir, allant du petit livre rouge de Mao aux écharpes de contrefaçon de grandes marques. Armez-vous de votre porte-monnaie, ainsi que d’une bonne paire de baskets, vous n’êtes pas prêt d’en ressortir les mains vides. Sur place vous trouverez par ailleurs des bazars, s’étendant sur plusieurs étages de long, où vous pourrez y négocier absolument tout sorte de babioles, aussi insolites soient-elles. Des petits stands de boissons et de restaurants à proximité et aux alentours, vous permettront de vous restaurer et rafraîchir.

bb

En sortant de Henan Road, avant de rentrer dans le garden, vous ne manquerez pas de tomber sur le Yuyuan Market par lequel il est nécessaire d’y entrer (l’accès est gratuit) pour parvenir au tant attendu jardin. Très grands et hauts amoncellements de bâtiments à l’architecture traditionnelle chinoise, Yuyuan Market est un véritable nid à fourmi qui concentre en son sein énormément de personnes, perdues entre les nombreux commerces qui s’avoisinent et qui attirent une clientèle curieuse d’acheter et de rapporter quelques cadeaux chez elle.

bbb

Surprises par la foule, mais aussi émerveillées par l’ambiance chaleureuse qu’il y avait tout autour de nous, nous avons parcouru les échoppes de ce grand marché. L’envie nous a pris d’entrer dans une première boutique dans laquelle nous pouvions trouver des sujets de tout genre à rapporter à la maison comme des bijoux, des magnets, des jouets pour enfants, de l’artisanat locale ou alors du thé. Encore une fois nous étions étonnées de tout ce que l’on pouvait y trouver. Nous sommes ensuite allées dans d’autres boutiques dans lesquelles nous nous sommes retrouvées à marchander des théières par exemple, des objets de décoration, des accessoires de téléphones, des cartes typiques chinoises, et bien d’autres babioles présentes. Grand, fut le plaisir pour nous de pouvoir nous balader durant cette belle journée ensoleillée, tout en négociant à prix bradés ce dont on désirait.

Déjà présentes dans la cour extérieure du jardin, nous en avons profité pour visiter le jardin qui s’y attelait, que d’ailleurs beaucoup de touristes décident de visiter, sans pour autant rentrer à l’intérieur du Yuyuan Garden (il faut le dire, qui est contrairement aux autres entrées, payant). En fin de compte, nous en avons fait de même et le plaisir ne fut pas pour autant des moindres. Entre poissons aux multiples espèces, tortues et même oies blanches, ce lieu est véritablement somptueux et un vrai régal pour les yeux. Le cadre majestueux qui se présentait devant nous laissait goût à faire de belles photos.

bbbb

Après coup, le temps passant et la nuit s’esquissant de plus en plus, l’heure était venue pour nous de nous diriger vers la sortie pour retourner à l’hôtel, tout en admirant les illuminations de l’architecture chinoise. La journée et le temps étaient passés si vite que nous n’avons pas vu les heures défilées. Peu importe ! Les yeux pleins et le cœur ravi, nous étions bel et bien contentes de ce moment que nous avions savouré.

Métro ligne 10, arrêt « Yuyuan Garden », le détour en vaut la peine, faîtes-y un tour !

Bonus : Voici quelques photos faîte par certains de nos camarades qui ont souhaité rentrer à l’intérieur du jardin. Enjoy !

bbbbbbbbbbb

Tips : en vous rendant à Yuyuan Garden, n’hésitez surtout pas à vous rendre à « Shanghai Dongtai Road Antique Market » qui est en quelque sorte une brocante à la chinoise, valant le coup d’être vue, ainsi que le « marché aux insectes » (où il n’y a pas que des insectes), situé à une quinzaine de minutes à pieds.

bbbbbbb

Ecrit par Yeda Romain & Rita Baco

La « Japanese Touch » de Chendgu

Une semaine avant notre départ de Chengdu, deux jours après avoir visité l’usine Coca-Cola, nous voilà déjà repartis tels de vrais commerciaux pour découvrir Ito Yokakdo. Vrais complexes aménagé aux alentours par des enseignes reconnues comme Pizza Hut, un peu à la méthode de Carrefour ou Walmart, Ito Yokado est l’étiquette japonaise qui a su s’imposer et grossir non seulement à Chengdu mais aussi dans le reste de la Chine à une vitesse considérable. Présente depuis près de vingt-cinq ans sur le territoire chinois – même si au départ l’adaptation fut quelque peu compliquée – la marque est vite parvenue à s’adapter et gagner en confiance dans le cœur des Chinois. La collaboration sino-japonaise reste en bout de compte effective (environ une quinzaine de Japonais sont présents dans l’équipe, ce sont eux qui donnent les instructions, les Chinois quant à eux managent leur team) puisque la qualité des produits et services distribués convainquent en affluant bon nombre de retours positifs.

Ce supermarché au cinq étages, eux-mêmes divisés en plusieurs départements (femmes, hommes, enfants, sport, linge de maison, etc.) a véritablement réussi à se distinguer de ses concurrents en apportant une touche qui lui est propre. D’ailleurs, la clientèle qui s’y rend est décrite comme enthousiaste et appréciant les services proposés par le supermarché, y allant justement pour recevoir et bénéficier des services offerts.

D’emblée, dès les premiers pas posés à l‘intérieur du magasin, l’atmosphère chaleureuse et conviviale combinée au caractère luxueux qui règne, rappelle celle des Galeries Lafeyettes –  que l’on ne retrouve nulle part ailleurs excepté dans les petits commerces – et ne peut qu’instaurer et maintenir une fidélisation des clients. Tout est pensé et designé en fonction des habitudes de consommation de la clientèle. Qu’est-ce qui l’attire ? Qu’aime-t-elle ? Comment agencer l’aménagement d’Ito Yokado pour amener toujours plus de personnes ?

n

Tous réunis autour du directeur du magasin, nous avons pendant près d’une heure eu droit à une présentation du magasin, ce qu’il en était, comment avait-il réussi à en arriver là et quels étaient ses projets futurs ; puis divisés en deux groupes distincts, nous avons procédé à la visite d’Ito Yokado dans son intégralité. Encadrés par l’équipe, nous avons été fort surpris par les méthodes marketing mises en place par le magasin qui diffèrent de ce à quoi nous sommes coutumiers. De la disposition des produits en tête d’affiche, à la diversité des produits en passant par l’étalage, c’était un vrai plaisir de (re)découvrir cette méthode de gestion et d’organisation.

nn

Chanceux le fut on sans doute, nous avons eu l’avantage de pouvoir faire un tour des rayons et de déguster quelques amuse-bouche préparés à partir des produits vendus dans le supermarché. Savoureux en bouche, bien plus que l’a été le reste de la visite, nous étions ravis d’apprécier ce moment au long duquel nous nous sommes laissés guider.

Bien plus qu’un simple supermarché, Ito Yokado entend se développer et acquérir une image tout autre de celle d’un lieu de transit où l’on vient simplement pour acheter ce dont on a besoin. Des espaces de détente ainsi que des événements sont justement aménagés dans la galerie marchande pour inciter les clients à flâner et dépenser davantage, comme cela se fait souvent en Occident. Ito Yokado in Chengdu, the future of the future !

nnn

Ecrit par Yeda Romain

 

 

 

 

 

Le Buddha géant de Leshan

Mercredi 11 Avril, Day off sur Chengdu. Avec un petit groupe, nous nous sommes allés à Leshan, une ville située à 150 Km au sud-ouest de Chengdu. Départ de l’hôtel à 7h30 ou 8h ? Il est toujours difficile de se mettre d’accord lorsqu’il s’agit d’horaire !

Nous avons pris le train à grande vitesse dans une des gares de la ville de Chengdu en direction de Leshan. L’objectif de cette journée était de nous rendre au Buddha Géant de la ville de Leshan, et d’explorer l’immense parc qui entoure cet édifice.

Arrivés à Leshan aux alentours de 9h30, nous devions trouver l’autobus qui devait nous emmener à l’entrée du parc. L’arrivée à l’entrée s’est effectuée sans difficulté. Néanmoins, lorsque nous avons dû acheter nos tickets, nous nous sommes retrouvés face à un problème assez commun pour les touristes. Il était impossible pour nous de payer nos billets sans cartes de crédits chinoises ou sans les modes de paiements dématérialisés qu’utilisent quotidiennement les chinois.

La gentillesse des chinois s’est encore illustrée lorsqu’ils nous ont aidés à prendre nos tickets à notre place. Désormais à l’intérieur du parc, nous avons effectué une escalade d’environ 20 minutes afin de se rendre au point de vue aérien du Bouddha Géant.

Capture1

Ce Bouddha est un impressionnant édifice. Il s’agit du plus grand Buddha du monde bâti avant le XXe siècle.  Construit entre 713 et 803, il mesure 71 mètres de haut de 28 de large.

Nous souhaitions nous rendre au pied de l’édifice construit dans la roche. Malheureusement, nous avons été refroidis par la file d’attente impressionnante. Ce parc nous a également offert la possibilité de visiter la paisible montagne où l’on trouve de nombreux végétaux et paysages. Ce fut une journée des plus enrichissantes où ce sont mêlés beaux paysages, et randonnée. À la fin de la journée, nous étions tous très satisfaits d’avoir pu visiter un endroit aussi magnifique.

Capture

Ecrit par Andy Joghee

Football Chengdu

En arrivant sur Chengdu, nous découvrons avec plaisir un complexe sportif situé juste en face de l’hôtel et composé de plusieurs terrains de football. Chaque jour, de nombreux joueurs de différentes nationalités y viennent s’affronter, la majorité étant chinois et le reste de différents horizons comme l’Afrique, l’Amérique latine, l’Europe, le Moyen Orient.

WeChat Image_20180505133453

Suivant les continents, il est intéressant de constater les styles de jeux variés. Dernière semaine sur Chengdu, et le match tant attendu entre le SMI et une équipe locale se déroulant en 3 mi-temps de 30 minutes et à 7 contre 7.

La 1ère période est à notre avantage, mais contrairement aux chinois qui se préservent, nous pressons énormément l’adversaire. 31°C et un grand soleil, l’équipe chinoise, nous voyant fatigués, passe à l’offensive et termine la seconde période avec un net avantage de 7 à 5. Les supporters smiens sont présents et nous encouragent de vive voix, nous ne pouvons pas nous incliner devant un tel engouement.

Bien que fatigués par des conditions climatiques difficiles, nous arrivons à rattraper notre retard et l’emportons sur le fil 9 à 8. La rencontre terminée, des échanges interculturels et accolades ont lieu, le sport nous rapproche.

WeChat Image_20180505133458WeChat Image_20180505133433

 

Ecrit par Alexandre Laffargue

%d bloggers like this: